Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/10/2007

Claudel et Rimbaud

Dans la revue Raison Présente (Nouvelles Editions Rationalistes, 14, rue de l'Ecole Polytechnique, 75005 Paris), numéro 160, 4ème trimestre 2006, Guy Bruit a rendu compte de notre numéro 140, Claudel récupérateur de Rimbaud. Voici des extraits de ce compte rendu :

"(...) Mais M. Hénaud montre brillamment comment Claudel a projeté sa propre image sur l'ombre de Rimbaud ; il parle de celui-ci comme d'un autre lui-même ; toute son interprétation relève de la foi, et l'histoire littéraire n'a rien à voir avec la démarche claudélienne. Libre à Claudel de raconter que Rimbaud a parcouru le même chemin spirituel que lui ; libre à nous de penser qu'il n'en a rien été et qu'en effet Claudel opère en récupérateur idéologique. A la décharge de Claudel, il faut reconnaître que ce genre d'opération est très répandu.

(...)

M. Hénaud est tout à fait fondé à dire que sa conversion et la foi du charbonnier qui s'en est suivie ont conduit Claudel à une véritable "inintelligence" (le mot est de Gide) et que la rage de croire a pris souvent le pas sur toute lucidité. J'aurais aimé cependant qu'il reconnût à Claudel un peu plus qu'un certain talent littéraire, tant il est vrai qu'il y a chez Claudel un génie véritable de la langue et qu'il est un admirable poète de la matière et des passions humaines. Et puis Claudel n'a pas dit que des bêtises et cet esprit obtus était parfois un esprit éclairé : qu'on relise Le Soulier de satin, III, 2.

Bref, ayant pris beaucoup de plaisir à cette lecture, je recommande d'aller au moins jeter un coup d'oeil à cette publication dont l'effet ne manquera pas d'être roboratif et salutaire."

Nous remercions Guy Bruit et Raison Présente pour ce compte rendu.

Sébastien (5 octobre 2007).  

28/01/2007

Notre revuette dans les revues

La Petite Revue de l'Indiscipline dans les revues

Note du 9 janvier 2008, corrigée et complétée le 13 janvier 2008

Jean-Jacques Nuel nous annonce qu'il a glissé quelques mots sur notre revuette dans sa chronique "Revue de détail" dans le dernier numéro de La Presse littéraire. Cet article sera mis en ligne sur le blog de Jean-Jacques Nuel en mars 2008. En attendant, on peut trouver quelques renseignements sur le magazine mentionné, ainsi que beaucoup d'autres articles intéressants, des poèmes, etc. sur le blog cité :

http://nuel.hautetfort.com  

C'est dans le numéro 12 de La Presse Littéraire (revue trimestrielle, numéro de décembre 2007, janvier et février 2008), 160 pages, attention au prix (19,50 €). Si vous ne le trouvez pas, vous pouvez le commander dans les Maisons de la Presse. (Dossier "Autour de Stendhal, etc.). Voici ce que dit Jean-Jacques Nuel au sujet de notre revuette et, en particulier, de nos numéros 161 et 165 :

"Une "revuette", comme la nomme avec modestie le secrétaire de rédaction, Christian Moncel, mais qui s'impose par sa constance infatigable et par la qualité de sa pensée" [Alors, là, merci ! On aura compris que Jean-Jacques Nuel est de nos amis] (...) Sa thèse [de Maurice Hénaud] est originale, surprenante (Rimbaud est pour lui le successeur de Voltaire), mais intéressante et argumentée. (...)". Ce n'est pas faux, mais seulement très partiel, nous aurions préféré : "Rimbaud est pour lui, entre autres choses, le successeur de Voltaire (...)". Le successeur de Voltaire, en quel sens ? En ce sens que Rimbaud est, pour Maurice Hénaud, un partisan de la science (voir aussi notre numéro 146, Rimbaud et la Modernité : science, sagesse et progrès. Et, en particulier, "l'assomption" de Rimbaud (ce que Vierge Folle, qui représente Verlaine, appelle ainsi dans Délires I) est une assomption, non pas à la manière de la Vierge Marie, mais une assomption à la manière de Voltaire (voir les arguments de Maurice Hénaud). - Jean-Jacques Nuel apprécie aussi les poètes que nous publions :"De beaux poèmes d'Anne-Lise Blanchard et de Gabriel Le Gal complètent ce numéro" (165). 

Voir, par ailleurs, dans les "Catégories" (à gauche sur ce blog) La rubrique La revue Casse et Jean-Jacques Nuel.  - Seb.

Note du 16 décembre 2007.

Lors de la lecture trimestrielle de la revue Verso, à Lyon, notre secrétaire, Christian Moncel, invité par Alain Wexler, présentera les essais des auteurs de notre revuette relatifs à Rimbaud. Liront leurs textes : Muriel Carrupt, Olivier Deschizeaux, Hélène Massip. Ce sera le vendredi 11 janvier 2008, à 18h45, à la salle Bourgelat, rue Bourgelat, Lyon 2ème, à côté de la mairie (entrée : 3€, buffet compris). - Sébastien.

Le 17 septembre 2007

Dans le numéro 130 de Verso (Alain Wexler, Le Genetay, 69480 Lucenay), de septembre 2007, Christian Degoutte rend ainsi compte de notre numéro 158 :

"Des mérites de Baudelaire et de Rimbaud opposés aux faiblesses de Verlaine, tel est le thème du numéro 158 de La Petite Revue de l'Indiscipline (BP 124, 42190 Charlieu) ; enfin, mérites et faiblesses dans la qualité de la réflexion sur l'esthétique et l'inspiration (inspiration à propos de laquelle Baudelaire écrivait : "Edgar Poe avait certes un très grand génie et plus d'inspiration que qui que ce soit, si par inspiration on entend l'énergie, l'enthousiasme intellectuel et la faculté de tenir ses facultés en éveil..." Dans ce numéro 158, quelques poèmes de Gabriel Le Gal et de Sébastien ("Arbre presque mort. Le gui est vivant")"

S'il semble que Christian Degoutte ait assez bien résumé notre numéro 158, s'il fallait le faire en quelques lignes seulement, je trouve qu'il n'en va pas de même pour notre numéro 154. Voici ce qu'écrit le chroniqueur de Verso :

"N° 154. C'est Les Illuminations décortiquées texte par texte; c'est les liens (formels ou de la pensée) qui unissent les poèmes rimbaldiens à la poésie contemporaine de son époque : Baudelaire, Verlaine, Gautier. Ce numéro montre encore une fois que toute poésie, aussi géniale soit-elle, ne vient pas du saint esprit, mais s'enracine dans son temps."

La Petite Revue de l'Indiscipline ne se reconnaît guère dans ce résumé. J'ai composé le petit articulet qui suit, pour permettre à nos lecteurs de s'y retrouver, ou de retrouver l'indiscipline, qui se veut critique par rapport au temps, et à tous les temps.

Des esprits à l'intérieur du temps

"La vérité appartient à l'homme, l'erreur au temps : aussi a-t-on dit d'un homme extraordinaire : "Le malheur des temps a causé son erreur, mais la force de son âme l'en a fait sortir avec gloire"." (Goethe) 

Baudelaire et Rimbaud seraient enracinés dans leur temps ? Certes, Les Illuminations ne sont pas "hors de toute littérature", comme l'a prétendu Félix Fénéon, mais Baudelaire est "le premier voyant", et Rimbaud fut le second, avant qu'il ne critique son maître et n'abandonne la poésie.

Gautier, Baudelaire, Verlaine, Rimbaud, enracinés dans leur temps ? Le XIXème siècle serait-il une friche où, autour d'une mare, ont poussé quelques beaux chênes ? Quelle étrange vision de l'histoire !

Mais même Madame Rimbaud mère n'est pas un pur produit de son temps, même elle a exercé sa part d'esprit pour tenter de résoudre les difficultés et les contradictions de l'existence. Elle croit pouvoir les résoudre ainsi, de manière certes assez simpliste : "Le vrai bonheur consiste dans l'accomplissement de tous ses devoirs, si pénibles qu'ils soient." A plus forte raison les gens qui, au XIXème siècle ont été en mesure de cultiver leur esprit et d'élargir leur vision du monde n'étaient pas de purs produits de leur temps. Et à bien plus forte raison encore, les esprits les plus créateurs et les plus critiques du XIXème siècle ne sont pas des chênes, des arbres ou des végétaux enracinés dans leur temps, mais des esprits à l'intérieur du temps

Ne réagissent-ils pas contre les préjugés de leur temps, et n'élèvent-ils pas la voix contre les sottises de leur siècle ? "Le vent du siècle est à la folie, etc." (Baudelaire) "On savourera encore longtemps la poésie française, mais en France (...) Musset n'a rien su faire." (Rimbaud). Davantage, Rimbaud s'en prend aux sottises de tous les siècles : "Les gaulois étaient les brûleurs d'herbe, les écorcheurs de bêtes les plus ineptes de leur temps". "Le monde marche. Pourquoi ne tournerait-il pas ? C'est la vision des nombres. Nous allons à l'Esprit !" Il ne s'agit évidemment pas du Saint-Esprit, mais, au contraire, de critiquer tous les siècles, passés et peut-être futurs, de l'ère judéo-chrétienne : "Elle ne finira donc point, cette goule reine de millions d'âmes et de corps morts, et qui seront jugés !"

Les esprits humains parlent à l'intérieur du temps, et La Petite Revue de l'Indiscipline, attentive aux progrès des esprits, réserve au Temps ses plus beaux Pieds de Nez.

(Voir notre numéro 143, Un double Pied de Nez au Temps !

Fin de l'articulet : Des esprits à l'intérieur du temps.

Après cet intermède, je reviens à la chronique de Verso. Etait-il impossible, en quelques lignes, de résumer notre numéro 154, comme Christian Degoutte l'a fait pour notre numéro 158 ? Je vais m'y risquer.

"Le numéro 154 porte pour titre Royauté, ou la conclusion des Illuminations. De même qu'Une Saison en Enfer, Les Illuminations aboutiraient à une conclusion. Rimbaud en aurait assez des visions. "Assez vu" (Départ). Il renoncerait à l'entreprise annoncée dans la lettre dite du voyant, la royauté ne consisterait plus à être le successeur de Baudelaire, "le premier voyant, roi des poëtes, un vrai Dieu", mais à trouver le véritable amour, non pas celui de Femmes damnées (Delphine et Hyppolite), ou celui du "drôle de ménage" avec Verlaine, mais un amour hétérosexuel (Royauté)."

Nos numéros 161 et 165, parus depuis, concluent sur la valeur instructive d'Une Saison en Enfer. Une valeur par rapport à laquelle apparaissent bien les faiblesses et les insuffisances de Verlaine, et, je le crois, bonne pour tous les temps, si toutefois ceux-ci voulaient faire preuve de quelque indiscipline, et non pas se contenter de produire ou d'analyser des végétaux, ou même des arbres, poussés dans quelque friche.

Si, comme le montre Maurice Hénaud, Rimbaud a fort bien, et très profondément, compris Baudelaire, contrairement à Verlaine, cela ne provient absolument pas du temps (Verlaine appartient au même temps), mais de l'esprit de Rimbaud, supérieur, sur ce point et sur beaucoup d'autres, à celui de Verlaine.

- Sébastien

Le 20 juin 2007.

A propos de nos numéros 154 (Royauté, ou la conclusion des Illuminations) et 158 (Verlaine admirateur de Baudelaire, ou l'esthétique réduite au strict minimum ; Poèmes, de Gabriel Le Gal), Paul Van Melle, dans Inédit nouveau (11, avenue Chant d'Oiseaux, B 1310 La Hulpe, Belgique) écrit, souls le titre Ces revues qui m'enseignent : "Des amis me conseillent souvent de ne pas conserver toutes les revues littéraires reçues. (...) Mais une petite et modeste comme La petite revue de l'indiscipline, je la garde à portée de la main tant elle est précieuse pour ma santé mentale." - Il est question de délires (deux délires différents) dans les chapitres Délires I et Délires II d'Une Saison en Enfer. Mais Rimbaud renonce finalement à "la folie qu'on enferme". Verlaine, quant à lui, a été enfermé ! (en prison, du moins).

Toutefois l'opuscule de Maurice Hénaud et de Jean Donat relatif aux Illuminations et à leur conclusion n'est pas d'ordre psychiatrique, mais d'ordre critique (il relève de l'étude littéraire).

"Est-il impossible de déceler dans Les Illuminations, écrit Maurice Hénaud, un quelconque fil directeur ? Ce fil directeur serait-il le même que celui d'Une Saison en Enfer ? La quête de l'inconnu, puis le renoncement aux visions (Départ), et la recherche de la vérité, c'est-à-dire de l'amour pour la femme ? Telles sont les questions auxquelles, dans cet ouvrage, nous nous proposons de répondre."

De même, Verlaine admirateur de Baudelaire, ou l'esthétique réduite au stict minimum ne traite pas de psychiatrie, mais de poésie, de critique et d'esthétique. Maurice Hénaud n'est pas du tout d'accord avec Verlaine. Il admire davantage les conceptions esthétiques de Baudelaire et de Rimbaud.

Notre revuette pourrait être précieuse pour la "santé mentale" de tel ou tel poète ou lecteur ? Paul Van Melle nous fait peut-être trop d'honneur. Quoi qu'il en soit, Michel Valtin distingue expressément "santé psychique" et "santé de l'esprit" (voir La Petite Revue de l'Indiscipline et la santé de l'esprit, publié partiellement dans ce blog, rubrique Michel Valtin).  

Le 25 mai 2007. L'ARALD (Agence Rhône-Alpes pour le Livre et la Documentation) 

www.arald.org

a publié (mars 2007) un opuscule intitulé Des Maisons d'édition et des Revues en région Rhône-Alpes (A la croisée, 574, chemin de Champ-Jaillet cedex 32, 38190 Bernin), dans lequel notre revue est mentionnée (ordre alphabétique, à Petite).  

21 mai 2007 : Le Bulletin de Liaison de l'U.E.R.A. (Union des Ecrivains de Rhône-Alpes) mentionne, dans son numéro 2 (automne-hiver 2006-printemps 2007) nos publications de ces deux dernières années, relatives en particulier à Rimbaud, Verlaine, et Claudel. La revue L'Estracelle, dans son numéro de 2006, 4ème trimestre, mentionne aussi nos publications. Le chapitre Ni Claudel, ni Breton : Rimbaud ! porte bien ce titre, et non pas "...: breton !" (Maison de la Poésie Nord-Pas de Calais, Domaine de Bellenville, 37, rue François Galvaire, 62660 Beuvry).

11 février 2007 : Le Bulletin de l'Association des Amis d'Alain, dans son numéro 101 (juin 2006) mentionne un article de Maurice Hénaud, Alain, professeur de philosophie et écrivain, paru dans notre numéro 88. Cet article devrait être prochainement mis en ligne sur le site de cette association : http://alinalia.free.fr

Pour la revue Casse, voir notre rubrique (catégorie, à gauche) : La revue Casse et Jean-Jacques Nuel

28 janvier 2007 :

La revue de poésie Le Coin de Table (11 bis, rue Ballu, 75009 Paris) dit à propos de notre numéro 150 : "Deux petites études précises de Jean Donat et Maurice Hénaud." C'est très gentil à eux de le dire. Rappelons tout de même qu'un des principaux problèmes soulevés par Jean Donat est : la prétendue copie de Crimen Amoris par Rimbaud est-elle, ou non, la copie d'une version de Crimen Amoris corrigée et fondamentalement remaniée par Rimbaud (ce dernier y a, selon Jean Donat, introduit par exemple des strophes nouvelles) pour la rendre plus conforme à ses propres conceptions ?

La revue Histoires Littéraires a donné des comptes rendus de plusieurs de nos numéros (voir notre rubrique - dans Catégories - La Petite Revue de l'Indiscipline sur la Toile). 

La revue Inédit nouveau a donné un compte rendu de notre numéro 150 (voir Rimbaud déchiffreur et inventeur d'énigmes dans nos archives 10/2006).

La Lettre de Sortie de Secours, numéro 19, (4 pages), publie trois petits poèmes de notre collaborateur Sébastien. (Jean-Louis Jacquier-Roux, immeuble l'Opéra, 17 place du Bicentenaire, F42100 Saint-Etienne).

La revue Verso (Alain Wexler, Le Genetay, F69480 Lucenay), revue de poésie qui propose, entre autres choses, des lectures de poésie, chaque trimestre, à Lyon, donne régulièrement de courts comptes rendus de nos numéros.